Routes propres

Marché

Maturité

Économies de CO2

Coûts

TECHNOLOGIE

Le secteur du transport relâche chaque année des millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, principalement via les carburants fossiles, mais pas seulement. La construction des routes (en asphalte ou enrobé bitumineux) est également responsable d’émissions de gaz à effet de serre. Un enrobé est un mélange de graviers, sable et de liant hydrocarboné (donc issu du pétrole, appelé couramment bitume) appliqué en une ou plusieurs couches pour constituer la chaussée des routes (cf. Figure 20).

 

Deux dimensions sont à prendre en compte afin de réduire au maximum l’empreinte carbone d’une route:

 

  • La part de matériaux recyclés pour chaque couche. Il existe une véritable volonté à tous les échelons d’organiser au mieux la revalorisation des matériaux routiers, même s’il subsiste encore des contraintes techniques qui limitent la teneur en matériaux recyclés pour les couches supérieures (jusqu’à 50-60% d’agrégats recyclés pour les couches de roulement et de liaison). À noter qu’outre l’aspect environnemental, les coûts relatifs à la fabrication et à la fourniture d’un enrobé recyclé sont réduits de 10% environ par rapport à un enrobé sans matériaux recyclés.

  • La température de fabrication des enrobés bitumineux, de froide (< 20 degrés), tiède (< 100 degrés) à chaude (> 100 degrés). Une étude commandée par un groupe de cantons suisses pointe vers une économie d’énergie d’au minimum 25% pour un enrobé bitumineux tiède en comparaison aux enrobés fabriqués à chaud.

 

En plus de ces deux points, certains acteurs tentent également de réduire l’empreinte carbone de l’asphalte en remplaçant le liant hydrocarboné par du plastique/caoutchouc issu du recyclage. Des tests sont par exemple en cours dans les cantons de Vaud, Jura et Zurich pour intégrer le caoutchouc de pneus usagés dans la composition de l’asphalte des routes.

routes.png

Les différentes couches d'une route

(Source: Kiesfuergenerationen)

ANALYSE

Compte tenu de la compétitivité financière des routes propres avec les solutions existantes, il ne faut nul doute que le recyclage de l’asphalte va devenir indispensable dans un futur proche.